Interview d’Isabelle Rellstab, Directrice du Pôle Environnement chez BEG Ingénierie France

Publié le 25 février 2021

Arrivée il y a un an chez BEG Ingénierie, Isabelle Rellstab capitalise plus de 25 ans d’expérience dans le domaine des ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement).
Elle nous parle de son parcours et de ses missions.

(temps de lecture 4 minutes)

Quel est votre parcours ? 

Je suis de formation universitaire en écologie. J’ai obtenu un DESS en Etudes Environnementales en 1993, sujet tout à fait novateur à l’époque.

J’ai débuté ma carrière en tant que consultante ICPE pour le Cabinet Conseil Murat, puis comme chef de projet pour Industries environnement. En 2006, j’ai intégré la Safège, filiale de Suez Environnement et bureau d’ingénierie dans le domaine de l’eau et de l’environnement, en tant que directrice de l’unité Industrie. J’ai ensuite intégré le Bureau d’Etudes BIGS pendant plus de 8 ans.

C’est à cette occasion que j’ai rencontré BEG Ingénierie qui faisait partie de mes clients.

Quel est votre rôle aujourd’hui à BEG ?

BEG Ingénierie a décidé d’intégrer la compétence ICPE en interne. L’objectif est évidemment la réactivité sur les démarches règlementaires, qui sont de plus en plus complexes, notamment en phase d’appel d’offres.

Mais il faut peut-être revenir sur la définition d’une ICPE : Toute exploitation industrielle ou agricole susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains est une Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE). En tant que telle, elle est soumise à de nombreuses réglementations de prévention des risques environnementaux.

C’est le Code de l’environnement qui régit les ICPE, comme d’autres réglementations telles que la loi sur l’eau, la préservation des espèces protégées, etc. Ces différentes démarches peuvent également concerner les projets de BEG Ingénierie et nous y sommes attentifs.

Mon rôle est d’anticiper ces démarches dès le stade de la conception du bâtiment, puis de vérifier à chaque phase du projet la conformité aux exigences réglementaires. A la naissance d’un projet, plusieurs scénarii peuvent être envisagés. Nous diligentons des études de risques industriels et environnementaux pour faire des choix techniques. Notre rôle est d’accompagner les maîtres d’ouvrage et de les orienter quand ils conçoivent leur bâtiment pour prendre en compte cette dimension et éventuellement adapter le projet.

Je rédige ensuite les dossiers administratifs correspondants qui sont déposés en préfecture et je réalise le suivi des différentes procédures.

Tout n’est évidemment pas fait en interne, je suis là aussi pour piloter et suivre les études des bureaux d’études spécialisées en écologie, eau, sol…etc..

Qu’est-ce qui est fait aujourd’hui concrètement en matière d’environnement autour de la conception-réalisation des bâtiments ?

La politique aujourd’hui se résume en trois mots : éviter – réduire – compenser.

Il peut s’agir par exemple de préserver une zone boisée en l’intégrant dans le projet. On peut aussi limiter l’impact sur une zone en réduisant l’emprise d’un parking. Parfois il faudra trouver des mesures compensatoires, comme déplacer la faune et la flore sur un autre terrain, ou recréer des haies pour inciter au retour de la biodiversité après un défrichement.

Toutes ces mesures s’anticipent et font l’objet de demandes de dérogation, d’autorisations et doivent être suivies.

La prise en compte de l’enjeu environnemental est aujourd’hui une nécessite que nous suivons de près, notamment au sein d’AFILOG.

Est-ce que vous intervenez sur les chantiers ?

La politique environnementale ne s’arrête pas à l’obtention des autorisations administratives, c’est une démarche globale qui doit être prise en compte par chaque corps de métier dans l’entreprise, d’autant plus que c’est un sujet de société qui nous touche tous.

En phase de construction, nous veillons bien entendu au respect des autorisations obtenues afin d’assurer la conformité des bâtiments. Cette étape se concrétise par une analyse du projet au regard des textes applicables. Elle permet d’alerter les directeurs de projets sur certains points de vigilance.

Je suis ainsi en contact avec mes collègues en phase chantier à toutes les étapes. Ce rôle peut se concrétiser si besoin par l’audit des bâtiments en cours de construction.

La connaissance de la réglementation environnementale est la base des métiers de BEG Ingénierie dans le domaine ICPE mais aussi au-delà.

Intégrer cette compétence en interne est un premier pas pour assurer à chaque étape de nos projets le respect de la réglementation.


Partager l’article

D’autres articles qui pourraient
vous intéresser

COVID : BEG Ingénierie soutient les étudiants

COVID : BEG Ingénierie soutient les étudiants

  BEG Ingénierie a apporté son soutien financier à l’association O’SEM (Orléans Soutient les Etudiant·e·s du Monde) pour permettre la distribution de denrées alimentaires et produits…

Lire la suite
Immeuble du cabinet d'avocat WFG

Le siège social du célèbre cabinet d’avocats Willkie Farr & Gallagher.

C’est au cœur du quartier de la Madeleine à Paris que notre agence Ile-de-France réalise les travaux d’aménagement du futur siège du cabinet d’avocats Willkie…

Lire la suite
immobilier commercial Noyelles godault

Immobilier commercial, BEG Ingénierie toujours leader !

Notre client CEETRUS France vient d’être récompensé pour l’extension-rénovation du Centre commercial de Noyelles-Godault (62) dans la catégorie « Rénovation/extension » par le Conseil National de Centres…

Lire la suite